Introduction de la journée d'étude

La journée d’étude du 21, première des trois journées organisées par la section archives économiques et d’entreprises de l’AAF, s’est déroulée au RIZE à Villeurbanne, permettant ainsi à la section de renouer avec ses interventions en province. Elle était consacrée à des échanges sur les problématiques de fond autour de la place que doit occuper l’archiviste au sein de l’entreprise. Problématiques qui ont été inscrites par Claire Cottin (responsable du Centre de Services Documentaires de la Banque de Détail Société Générale et responsable du projet Journées d’Étude au sein de la section), lors de son introduction, dans le contexte actuel où les entreprises traversent un temps de crise, (en particulier dans le secteur bancaire) et de ce fait se concentrent sur « le court terme » imposé par un « timing de plus en plus court ». Se pose alors, la question de savoir quelle place il y a pour une politique de conservation de la mémoire qui s’inscrit plutôt dans le temps long, d’où le titre provocateur de cette journée : « Les entreprises ont-elles besoin d’une mémoire ? ».

 

Véritable « Temps du témoignage », selon les mots de Claire Cottin, avant celui « des retrouvailles » marqué par les deux journées suivantes, cette journée a rassemblé près d’une centaine de participants, et s’est décomposée en deux temps. La matinée était ainsi plutôt consacrée aux témoignages, avec l’intervention d’historiens sur la façon d’écrire l’histoire de l’entreprise, et les retours d’expérience de professionnels ayant eu à traiter des archives de ce type. L’après-midi, quant à elle, à travers les interventions proposées, apportait plutôt une approche sur les problématiques liées à la dématérialisation et à la conservation des archives économiques, ainsi que sur la question de la formation des jeunes archivistes au contexte de l’entreprise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *