Interview d'une participante à la journée du 21

Mathilde Cocoual, étudiante en Master II en Histoire à l’Université de Nice Sofia Antipolis.

Mathilde Cocoual, Université de Sofia Antipolis

 

Qu’avez-vous pensez de cette journée ?

J’ai trouvé ça trés intéressant, ça a brassé des thématiques trés diverses : la formation, la culture des normes, la question de la mémoire dans les entreprises. J’ai peut-être trouvé un peu dommage qu’on n’ait pas défini ce qu’est la mémoire, est-ce qu’on a un devoir de mémoire ?

 

Y-a-t-il des thèmes qui vont peut-être vous servir pour votre futur universitaire?

Oui, je travaille justement sur l’utilisation de l’histoire par l’entreprise (publicités, publications commémoratives) dans le passé et je constate que cela revient à la mode comme nous l’avons vu avec l’intervention de Thomas Mollanger.

 

Pouvez-vous nous parler des rapports entre l’histoire des entreprises et l’université?

Cela commence à se mettre en place mais l’histoire des entreprises est trés récente (années 90) avec par exemple l’apparition du magazine Histoire d’entreprises. Cette historiographie est récente car elle a suivi les nombreuses fermetures d’usines en France dans les années 70-80. L’entreprise brasse toute la population, du dirigeant à l’ouvrier, en passant par le cadre supérieur et donc constitute un prisme d’entrée intéressant  pour étudier notre société.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *